Retraites : un oubli qui en dit long…


Dans son article « Financement des retraites : l’enjeu des cotisations
patronales », Bernard FRIOT, professeur d’économie et sociologie à l’université Paris X,
écrivait : « On oublie toujours, quand on raisonne sur l’avenir des retraites, que le PIB
progresse d’environ 1,6 % par an, en volume, et donc qu’il double, à monnaie
constante, en 40 ans. C’est pourquoi nous avons pu multiplier par 4,5 les dépenses
de pension depuis 1960 ».
Pourquoi une information aussi déterminante est-elle censurée ?
LIRE LE PDF