Non à la destruction de l’Hôpital de Bonneville] Réveillez-vous ! Secouez-vous !


Réveillez-vous ! Secouez-vous !

Savoisiens, Savoyards et tous habitants de Savoie !

On veut me détruire, m’éliminer, faire taire mon cri d’alarme, effacer mon architecture par un acte criminel qui ne fait que continuer le travail de mépris.

Secouez-vous ! Ouvrez les yeux !

C’est vous les citoyens qui avez, par vos sacrifices et vos dons, payés pour ma construction, pour mon embellissement.

Projet ou pas projet, je suis à vous… Je vous appartiens… Vous m’avez choisi… J’ai résisté à trois guerres… Je vous ai hébergé, vous les soldats qui étiez blessés !

Et maintenant, vous me rejeter, vous fermez les yeux, vous m’ignorez, vous préférez à ma présence d’engrosser les poches de ceux qui veulent spéculer en construisant des immeubles locatifs sur ce parc qui a permis à tant des vôtres de faire une convalescence verdoyante.

Je hurle, je crie, à moi savoisiens, savoyards, ceux qui descendes des sardes, soit à l’heure actuelle sur le territoire de Savoie, Haute-Savoie, pour que vous me veniez en aide, je ne vous demande en aucun cas de payer quoi que ce soit car vous avez déjà payé !

Je vous demande seulement de venir pacifiquement Samedi 9 février à 14h00 pour faire savoir au fossoyeur que la bataille n’est pas finie, que je peux encore survivre et supporter des transformations car mes bases sont solides et robustes comme le sont les peuples savoisiens.

Alors, bougez-vous… Qui que vous soyez, à tous les drapeaux qui ne font qu’un avec celui de la Savoie, habillez-moi de rouge et de blanc, pour que je porte votre drapeau encore longtemps comme par le passée à côté de celui de la croix rouge.

Il existe, et je le porte à vos connaissances, bien d’autres pays qui ne possèdent pas de bâtiment aussi solide que moi et qui aimeraient bien en posséder un…

Ne laissez pas le béton envahir mon parc verdoyant.