Collectif SOS Lac Aiguebelette 2015


Il ne font pas confiance aux promesses françaises, et on les comprend cette dernière est la championne des promesses non tenues, il suffit de lire la vraie histoire de l’annexion forcée de la Savoie par le colonialiste français pour savoir que les promesses françaises n’engagent que ceux qui les croient.

Pour La Savoie soutient le: « collectif SOS Lac Aiguebelette 2015 » et vous propose ce prospectus

le prospectus à imprimer (par 4)Pour la Savoie defend le lac d’AiguebellettePDF

 

Le contexte

Ce collectif réunit les sympathisants et associations qui souhaitent la préservation, la restauration des sites et le retour au lac naturel, après la compétition du championnat du monde d’aviron de 2015.

ATTENTION ! Contrairement aux arguments faciles et fallacieux, le collectif tient à préciser que la pratique du sport-aviron reste bienvenue sur le lac d’Aiguebelette, dans sa mesure non invasive et respectueuse du lieu. 
L’aviron, sport élégant, éducatif, harmonieux, s’intègre s’il s’y glisse en douceur.

L’accueil du Championnat du monde en 2015 n’est pas remis en cause. Notre souhait est qu’il soit élevé en EXEMPLE par une conception de Haute Qualité Environnementale, avec des aménagements démontés au terme. 
Les infrastructures définitives sont des sujets discordants, incompatibles et inadaptées à la cohabitation avec les autres utilisateurs du lac.
La transformation définitive du lac d’Aiguebelette en bassin nautique instrumenté pour l’aviron n’est pas envisageable.
Vous trouvez sur ce site les craintes, lescommentaires, les inquiétudesd’une population habitant les rives du Lac, des pêcheurs pratiquant leur activité favorite sur ce lieu fragile, des touristes et résidents secondaires qui souhaitent préserver la beauté des sites et ses lieux de baignade, des défenseurs de l’environnement qui tiennent à la qualité de l’air, de l’eau, des terres pour les inscrire dans une démarche d’évolution durable.
Il est impossible de laisser de côté les véritables intérêts de la population locale. Elle se pose donc ici en gardienne de son territoire de vie.
Le futur bassin de compétition
source CG
Le lac d’Aiguebelette est trop petit et fragile pour supporter des compétitions et entraînements trop importants de manière répétées.

L’activité touristique, le canotage, la pêche y sont privilégiés et en conséquence les activités de l’aviron doivent être compatibles avec une cohabitation équilibrée.

Les stigmates de la tour d’arrivée côté montagne sont preuve bien visible qu’il n’y a pas volonté de réparer les dégâts d’erreurs passées. Il est question de recommencer une autre expérience, encore plus perturbante en ajoutant d’autres constructions gangrainantes. 

ET POURTANT UN AUTRE AVENIR EST POSSIBLE, APRES CE CHAMPIONNAT MONDIAL !!!

    – L’aviron a déjà un bassin qui fonctionne,
    – Les compétitions régionales et nationales sont acceptables sur le lac,
    – La cohabitation est relativement sereine dans les conditions actuelles.

Les seuls points qui seraient à résoudre : La sécurité des publics sur la rive EST et la sécurisation de la tour d’arrivée existante. Presque une banalité !
La technologie du XXIè siècle permet toutes les imaginations et tous les challenges. 

Le public spectateur des compétitions de niveau national se révèle d’occupation très modeste (500 personnes au maximum sur site, enfin plutôt 300 en fait). 
Répartis le long du tracé historique, des pontons et plateformes flottants pourraient le recevoir. Des installations modulables, éphémères, adaptables, écologiques même, existent. VOIR NOS RECHERCHES  ICI 

La tour pourrait être ré-aménagée en avancée sur l’eau, rétractable, pourquoi pas, ou suspendue, ou sécurisée, etc…les architectes savent (presque) tout solutionner. 

La route du côté montagne deviendrait du coup, inutile. 
Et si on la sécurisait ? La montagne, on la connaît, en Savoie. Et, si on veut, on sait faire.

Serait-elle alors un faux problème ? Serait-ce le prétexte très utile pour mettre en place l’annexion de toute une partie du territoire ? Nous posons la question.